Les Zazakel de Madame Gascar
Entre le nord-est (Manompana), Tanjombato (au centre), le sud profond, une plongée dans un pays fabuleux à la découverte des enfants de Madagascar.

Menu

Accueil
Qui suis-je ?
Mon itinéraire
Livre d'or
Album photos
Archives
Mes amis

Mes albums

«  Janvier 2018  »
LunMarMerJeuVenSamDim
1234567
891011121314
15161718192021
22232425262728
293031 

Rubriques

FAQ

Sites favoris


Le Sud profond

 

 

Le Sud profond

Déjà ça inspire! Avant de partir, je rêvais de cet endroit perdu, au cap sud de Madagascar dans un paysage aride que je n'avais pas encore pu observer sur la grande île. Imaginez ! l'extrême sud, au-delà c'est l'Antarctique! Un sud immense de paysage semi-désertique, où l'on croise cactus, sisal, baobabs, didiéracées, des centaines de troupeaux de zébus, de tombeaux d'une splendeur naïve et d'une richesse absolue, un peuple de paysans les Antandroy qui vivent dans ce désert.

C'est tout cela que je rêvais de voir. Je l'ai vu et bien plus encore.

Le sud c'est évidemment Fort Dauphin qui ne m'a pas laissé un souvenir impérissable mise à part une fête nationale bien agréable.

Le sud c'est des petits endroits de mangrove, où pandanus se mirent dans l'eau, où l'on observe des plantes étranges, les népenthes (plantes carnivore), c'est des criques uniques qui semblent avoir été posées là pour offrir à vous seul, leurs courbes protectrices.

Le sud, c'est aussi ces langoustes ou queues de langouste dégustées à s'en lécher les doigts.

Le sud profond, c'est une piste quasi unique qu'on parcourt en 4X4 inévitablement, une piste presque rectiligne qui sillonne le paysage, qui resplendit par sa couleur rouge due à la latérite qui la compose.

Le sud profond, c'est des tortues radiées qu'on croise ici cheminant cahin-caha. Une espèce endémique bien entendu.

Le sud profond, c'est des villageois fiers et robustes qu'on aperçoit sur le bord ou sur la piste. On s'arrête parfois pour le plaisir de se regarder mutuellement un peu mieux. Et ils sont tous comme partout aussi chaleureux, et souriant alors qu'ils vivent ici encore plus qu'ailleurs à Mada, dans des conditions difficiles. La sécheresse sévit une grande partie de l'année. La famine (appelée ici le Kere) est de plus en plus courante. Il n'est pas rare de les voir puiser dans les trous creusés par les véhiculesdans la chaussée , une eau saumâtre pour boire une fois filtrée.

Le sud profond, c'est aussi les plages immenses de sable limpide, de dunes qui ensevelissent petit à petit les villages. Évidemment je m'y suis laissée prendre à la carte postale idyllique, mer bleue, sable fin à n'en plus finir, petit bungalow isolé et seule dans ce paysage, qui ne ce serait pas laissé enivrer!

Il y a mon Nord, ma terre natale, il y a dorénavant mon Sud, ma belle île malgache. Je me savais déjà attachée à ce pays ; cette partie nouvellement explorée, cette nouvelle famille qui m'a conquise, ces zazas si attachants, n'ont fait que renforcer les liens qui m'unissent à cette terre. De là est née l'association Tantely Soa, qui dans un avenir proche vous donnera rendez-vous sur d'autres pages

N'hésitez pas à consulter aussi l'album photo


 


 


Publié à 19:50, le 17/08/2010,
Mots clefs :
Commentaires (0) | Ajouter un commentaire | Lien